La (re)construction des représentations de la langue dans et par le discours professoral : une analyse linguistique et ethnométhodologique du processus discursif de description/catégorisation de la langue

Résumé : La présente recherche consiste à appréhender le discours de l’enseignant comme ayant un double rôle : d’une part, le discours professoral est un moyen de transmettre des savoirs et savoir-faire langagiers aux apprenants, moyen qualifié de métalinguistique (Cicurel, 1985 ; Ishikawa, 2002) et qui a pour fonctions d’animer les activités didactiques, d’informer les apprenants et d’évaluer les paroles de ces derniers (L. Dabène, 1984) ; d’autre part, en tant que composante des interactions verbales avec les apprenants, il est un moyen de décrire l’objet du discours (notamment Sacks, 1992 [1964-1972]) — qui est, en l’occurrence, la langue-cible —, et de mettre une certaine étiquette sur cet objet (Mondada, 1998 et 2000) et de (re)construire ainsi des représentations concernant la langue chez les apprenants (Relieu, 1993 ; Mondada, op. cit.). Il me semble que ces deux aspects sont souvent mêlés dans le discours professoral, d’autant plus que pour transmettre des savoirs et savoir-faire langagiers, l’enseignant doit prendre une certaine position par rapport à la langue, comme c’est le cas pour les discours produits par un service public visant à transmettre des informations aux citoyens (Ishikawa, 2004a). Dans cet état d’esprit, je tenterai tout d’abord de mettre en lumière les modalités discursives par lesquelles s’articulent ces deux aspects, fonctionnel et descriptif/catégoriel, du discours de l’enseignant (en 1.2.), après avoir esquissé l’approche ethnométhodologique que j’adopte dans ma recherche (en 1.1.). J’interrogerai ensuite les procédés linguistiques au moyen desquels le discours professoral juge, décrit et définit la langue-cible (en 2.1.) et les processus par lesquels se (re)construisent les représentations de la langue (en 2.2.). Dans cette perspective, j’ai constitué un corpus d’étude à partir des paroles recueilles dans certaines classes de français. Je me suis intéressé tout particulièrement aux classes dans lesquelles la langue d’origine des apprenants peut être présumée linguistiquement et culturellement « éloignée » de la langue-cible, en supposant qu’une différence nette entre les deux langues permet de bien mettre en relief lesdits procédés. C’est ainsi que j’ai récolté des paroles dans des classes où les apprenants sont tous japonais.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
C. Condei, J.-L. Dufays & M. Lebrun L’interculturel en francophonie. Représentations des apprenants et discours des manuels, E.M.E. (Éditions Modulaires Européennes) & InterCommunications S.P.R.L., pp.207-221, 2006, 978-2-9303-4281-8. 〈http://www.eme-editions.be/index.asp〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01484895
Contributeur : Fumiya Ishikawa <>
Soumis le : mercredi 8 mars 2017 - 05:25:44
Dernière modification le : vendredi 13 octobre 2017 - 09:32:07

Identifiants

  • HAL Id : hal-01484895, version 1

Collections

Citation

Fumiya Ishikawa. La (re)construction des représentations de la langue dans et par le discours professoral : une analyse linguistique et ethnométhodologique du processus discursif de description/catégorisation de la langue. C. Condei, J.-L. Dufays & M. Lebrun L’interculturel en francophonie. Représentations des apprenants et discours des manuels, E.M.E. (Éditions Modulaires Européennes) & InterCommunications S.P.R.L., pp.207-221, 2006, 978-2-9303-4281-8. 〈http://www.eme-editions.be/index.asp〉. 〈hal-01484895〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

39