Répercussions du discours didactique sur les composantes « extralinguistiques » de la classe de langue : catégorisation des apprenants et description du contexte

Résumé : Dans cette contribution, nous nous proposons de mettre en lumière l’impact du discours sur le monde social au sein duquel celui-ci s’inscrit, en nous demandant à partir de quel point l’analyse de discours ayant une entrée linguistique pourrait se pencher sur des éléments extradiscursifs. Nous nous intéressons tout particulièrement au discours réalisé dans la classe de français langue étrangère (désormais abrégé en FLE). Interrogeant diverses manifestations discursives, notamment à l’écrit, et, pour ce faire, se renvoyant à l’école française d’analyse de discours, Moirand (1992a, 1992b) propose la notion de « didacticité ». Selon elle, cette dernière est concrétisée à la croisée des trois définitions — situationnelle, formelle et fonctionnelle —, ayant comme repères primordiaux tantôt les indices linguistiques d’un tiers novice — le destinataire — mentionné dans le discours, tantôt ceux qui sont liés aux dires d’un savant relatés dans le discours, tantôt ceux qui concernent l’autre cité dans le discours en tant qu’objet de discours. Cette approche, examinant entre autres le discours dont l’objet n’est pas de caractère formellement didactique, n’en permet pas moins d’élucider, voire détailler la « didacticité » du discours oral explicitement didactique, tel l’interaction didactique en classe. En effet, dans celle-ci, ayant pour but la transmission/appropriation des savoirs et des savoir-faire langagiers liés à la langue-cible, le destinataire du discours professoral — l’ensemble des apprenants — est incessamment évoqué, indiqué et signalé en tant que sujet novice du monde social réel — la classe — et en même temps le contexte scolaire didactique se construit en tant que tel. En se ralliant à cet ordre d’idée et en tentant de la relier à l’approche d’inspiration sociolinguistique (au sens large du terme) qui examine le discours du point de vue des activités descriptives (cf. Sacks, 1992 [1964-1972] ; Bonu, Mondada & Relieu, 1994 ; Mondada & Dubois, 1995 ; Ishikawa, 2005), nous nous interrogeons sur les répercussions du discours didactique sur les éléments extradiscursifs constitutifs de la classe, tels les apprenants et le micro-contexte en train de se construire. Pour ce faire, nous tentons dans un premier temps de mettre en lumière les spécificités énonciatives du discours didactique. Puis, nous essayons de relier la « didacticité », telle que Moirand l’a définie, repérable dans le discours didactique, à la catégorisation ou description desdits éléments sociaux. Notre réflexion est fondée sur un corpus d’étude constitué de propos enregistrés dans six classes de FLE tenues dans une école de langue en France. Ce sont des classes destinées à des apprenants de diverses nationalités.
Type de document :
Article dans une revue
Cahiers de sociolinguistique, PUR - Presse Universitaire de Rennes, 2010, Approches de la pluralité sociolinguistique. Vers quelles convergences des pratiques de recherche et d'education ?, pp.123-134. 〈http://www.pur-editions.fr/index.php〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01484711
Contributeur : Fumiya Ishikawa <>
Soumis le : mardi 7 mars 2017 - 15:52:35
Dernière modification le : vendredi 13 octobre 2017 - 09:32:07

Identifiants

  • HAL Id : hal-01484711, version 1

Collections

Citation

Fumiya Ishikawa. Répercussions du discours didactique sur les composantes « extralinguistiques » de la classe de langue : catégorisation des apprenants et description du contexte. Cahiers de sociolinguistique, PUR - Presse Universitaire de Rennes, 2010, Approches de la pluralité sociolinguistique. Vers quelles convergences des pratiques de recherche et d'education ?, pp.123-134. 〈http://www.pur-editions.fr/index.php〉. 〈hal-01484711〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

35