Quand les ados font parler les adultes. Processus de différenciation des pratiques langagières des jeunes et des adultes dans les chroniques facebook.

Résumé : Les chroniques sont des récits plus ou moins autobiographiques de jeunes, le plus souvent des femmes, grandissant dans l’univers multiculturel des banlieues, mis en ligne sous forme de feuilleton. Chaque chronique regroupe des communautés qui peuvent compter plusieurs milliers d’internautes.Alors que les pratiques langagières des jeunes socialement disqualifiés ont le plus souvent été envisagées sous l’angle de l’oral, ce corpus écrit offre l’occasion d’en étudier une facette inédite. Il révèle un aspect de la compétence de communication de ces chroniqueuses qui prennent la plume de manière anonyme sur le net. Au-delà des approches « déficitaires » de cette compétence (transgressions des normes orthographiques ou syntaxiques du « français standard » par exemple), ce sont les ressources de ces scripteurs qui nous intéressent. Ces récits témoignent notamment d’une sensibilité aux questions de variation, dont la mise en scène et la mise en mots constitue un des ressorts de l’écriture. Nous nous interrogeons sur les ressources mises en œuvre par les chroniqueuses pour différencier les pratiques langagières des locuteurs qu’elles mettent en scène et le rôle joué par ces pratiques langagières dans la catégorisation des locuteurs.Dans ces chroniques, où l’univers des pairs, des relations amicales et amoureuses domine largement les récits, nous nous intéresserons de manière privilégiée aux situations de contacts de variétés et plus particulièrement aux processus de différenciation qui se révèlent dans et autour des dialogues entre jeunes et adultes. Différents contextes de socialisation avec les adultes sont mis en mots dans ces récits (échanges avec des parents, enseignants, policiers, personnels soignants…) et révèlent les ressources mises en oeuvre pour montrer des situations de contacts de variétés. Quelle place jouent le lexique, la syntaxe et la transcription des effets d’oralité dans cette mise en mot de la différence ? Y a-t-il des formes emblématiques du « parler adulte » et/ou des formes plus spécifiques du « parler enseignant », « parler de la police » qui se dégagent ? On s’interrogera également sur le parler des « grand(e)s sœurs/frères » qui constituent des figures du passage vers le monde adulte. Pour répondre à ces questions, nous étudierons, les « prises de parole » des adultes telles qu’elles sont présentées dans les dialogues au discours directs. Nous regarderons les procédés d’ajustement qui se manifestent (ou non) dans les discours des jeunes. Nous nous intéresserons aux commentaires métalangagiers, attribués aux personnages des récits dans le cadre des dialoguesou pris en charge par les auteurs des récits, pour commenter la manière de parler des personnages. Nous étudierons enfin les passages (plus rares) où cette parole des adultes fait l’objet d’une stylisation.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01465626
Contributeur : Violaine Bigot <>
Soumis le : dimanche 12 février 2017 - 23:37:41
Dernière modification le : samedi 25 mai 2019 - 17:54:05

Identifiants

  • HAL Id : hal-01465626, version 1

Citation

Violaine Bigot, Nadja Maillard-de la Corte Gomez, Patricia Lambert. Quand les ados font parler les adultes. Processus de différenciation des pratiques langagières des jeunes et des adultes dans les chroniques facebook.. Processus de différenciation - des pratiques langagières à leur interprétation sociale, vals-asla et Université de Genève, Jan 2016, Genève, Suisse. ⟨hal-01465626⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

206