Arrêt de service lundi 11 juillet de 12h30 à 13h : tous les sites du CCSD (HAL, EpiSciences, SciencesConf, AureHAL) seront inaccessibles (branchement réseau à modifier)
Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Mémoire d'étudiant

Le pouvoir régressif des marionnettes au cinéma : observation d'occurrences marionnettiques dans des films en prise de vue réelle

Résumé : Ce travail propose une étude des occurrences marionnettiques dans le cinéma en prises de vues réelles. Ainsi, y sont observés des cas de mutualisation de deux médiums artistiques pour comprendre la nature profonde des marionnettes lorsque ces dernières sont entremêlées avec la technicité du cinéma. Refusant de s’intéresser à la marionnette en tant que solution technique (animatroniques, marionnettes robotiques) ainsi qu’au cinéma d’animation (stop-motion), la présente recherche se concentre sur des films dans lesquels les marionnettes sont filmées en tant que telles.
L’idée des marionnettes comme détentrices d’un pouvoir régressif lorsque elles sont filmées (elles le possèdent toujours mais nos cas d’études sont filmiques) structurera notre recherche en trois grandes parties. Dans la première, en analysant des marionnettes dans des films qui comportent un personnage de marionnettiste, nous aborderons une première typologie de régression que l’on nommera « temporelle », quand le cinéma convoque un art qui lui est antérieur. Notre réflexion s’appuiera sur La double vie de Véronique de K. Kieślowski ainsi que sur Being John Malkovich de S. Jonze. Dans une seconde partie, armés du concept d’unheimlich développé par Freud, nous étudierons des films dans lesquels les marionnettes participent à créer un trouble quant à la frontière sur ce qui est vivant, animé, et ce qui ne l’est pas, une régression que l’on nommera « psychanalytique ». Pour ce faire, nous convoquerons les deux films que sont Sleuth de J. Mankiewicz et Magic de R. Attenborough. Enfin, l’étude d’Annette de L. Carax permettra de mettre à jour une troisième et dernière typologie de régression par la marionnette, celle qui confine à la résistance face aux formes dominantes de l’industrie cinématographique.
Ainsi, à partir d’une réflexion esthétique, cette recherche s’articulera sur des analyses souvent techniques, abordant les films sous l’angle de leur fabrication.
Type de document :
Mémoire d'étudiant
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03699683
Contributeur : UFR AM USN Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : lundi 20 juin 2022 - 14:11:17
Dernière modification le : mercredi 22 juin 2022 - 03:26:25

Fichier

ROBIC_Francois_Memoire_M2.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-03699683, version 1

Citation

François Robic. Le pouvoir régressif des marionnettes au cinéma : observation d'occurrences marionnettiques dans des films en prise de vue réelle. Art et histoire de l'art. 2022. ⟨dumas-03699683⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

0

Téléchargements de fichiers

0