Le bruit assourdi de l'Histoire qui résonne : la traduction de L'Aiglon par deux poètes espagnols

Résumé : L'étude du rythme, dans la traduction de L'Aiglon de Rostand par deux grands poètes espagnols (Manuel Machado et Luis de Oteyza), souligne que cette traduction est bien plus la résultante d'une évolution espagnole que le transfert de l'œuvre française. Les critiques espagnols y virent la confirmation du génie poétique de leurs compatriotes, plutôt que ce que prétendait transmettre Rostand par cette pièce. Par tout ce qu'elle a rejeté, cette traduction dit aussi un rapport complexe à la France et à l'héritier de celui qui, en envahissant la Péninsule en 1808, fit émerger la Nation espagnole au sens moderne.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Zoraida Carandell. Traduire pour l'oreille. Versions espagnoles de la prose et du théâtre poétiques français (1890-1930), Presses Sorbonne Nouvelle, pp.35-55, 2014, 978-2-87854-601-9. 〈http://psn.univ-paris3.fr/〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01504114
Contributeur : Marie Salgues <>
Soumis le : samedi 8 avril 2017 - 18:59:30
Dernière modification le : dimanche 9 avril 2017 - 01:07:36

Identifiants

  • HAL Id : hal-01504114, version 1

Collections

Citation

Marie Salgues. Le bruit assourdi de l'Histoire qui résonne : la traduction de L'Aiglon par deux poètes espagnols. Zoraida Carandell. Traduire pour l'oreille. Versions espagnoles de la prose et du théâtre poétiques français (1890-1930), Presses Sorbonne Nouvelle, pp.35-55, 2014, 978-2-87854-601-9. 〈http://psn.univ-paris3.fr/〉. 〈hal-01504114〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

30