André Jolles, lecteur du Décaméron : récit-cadre, nouvelles et la question de l’unité - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Cahiers d'Etudes Italiennes Année : 2016

André Jolles, lecteur du Décaméron : récit-cadre, nouvelles et la question de l’unité

(1)
1

Résumé

Partant de la constatation que chez Jolles est fermement posée (à la différence d’Auerbach) la thèse d’une morale du Décaméron, l’auteur de l’étude examine la fonction qu’assume dans une telle perspective (par-delà même, donc, la question de l’unité formelle et artistique) la mise en relief par le critique néerlandais de l’importance de l’Introduction des « cent nouvelles » et du récit-cadre, dans leur rapport à la fois avec le recueil en livre de ces dernières et avec chacune d’entre elles. Après avoir analysé sous cet angle le récit-cadre, Jolles passe à la question de la nouvelle comme forme littéraire, dont la « forme simple » correspondante est le « Cas » : l’article se propose alors d’établir le lien entre le « Cas » jollesien et les « casi » dont le Décaméron entend être le théâtre et la représentation, et qui ne surgissent que pour poser une question appelant à chaque fois sa réponse particulière, après évaluation. La nouvelle étant alors l’aboutissement logique et inévitable du Cas — et le moment de sa disparition en tant que tel. La morale du Décaméron est vue dès lors comme réponse au chaos du monde, réponse qui s’enracine dans les couches profondes de la psyché en même temps qu’elle s’actualise sans cesse — c’est vrai pour nous encore aujourd’hui — par la vertu de son dispositif, essentiellement poétique.
Partendo dalla costatazione che in Jolles, a differenza di Auerbach, è risolutamente affermata la tesi dell’esistenza di una morale del Decameron, il presente studio esamina la funzione assunta in tale prospettiva (al di là della questione dell’unità formale e artistica dell’opera) dalla messa in evidenza a opera del critico olandese dell’importanza fondamentale dell’Introduzione alle «cento novelle»: in rapporto sia alla raccolta in libro di tali novelle, che a queste ultime considerate singolarmente. Dopo aver analizzato sotto quest’angolo il racconto portante, Jolles affronta la questione della novella come forma letteraria, la cui «forma semplice» corrispondente è il «Caso». Il presente saggio si prefigge pertanto di definire il legame che potrebbe intercorrere tra il «Caso» jollesiano e i «casi» di cui il Decameron intende essere il teatro e la rappresentazione, e che sorgono all’unico scopo di porre un quesito in cerca della sua specifica risposta. La novella appare allora come l’approdo logico e ineludibile del Caso — e al contempo il momento del suo dissolvimento in quanto tale. La morale del Decameron è vista quindi come risposta al caos del mondo, radicata negli strati profondi della psiche, mentre si attualizza tuttora — anche dunque per noi oggi — grazie al suo dispositivo, essenzialmente poetico.

Dates et versions

hal-01464878 , version 1 (10-02-2017)

Identifiants

Citer

Philippe Guerin. André Jolles, lecteur du Décaméron : récit-cadre, nouvelles et la question de l’unité. Cahiers d'Etudes Italiennes, 2016, Intuizione e forma. André Jolles : vita, opere, posterità, 23, pp.85-108. ⟨10.4000/cei.3125⟩. ⟨hal-01464878⟩
79 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More