FIGURES DE LA MARGINALITÉ DANS L'ESPAGNE DES XV e -XVII e SIÈCLES : LES FOUS ET LES ORPHELINS A VALENCE

Résumé : L’ensemble des travaux présentés, réalisés entre 1990 et 2006, trouve sa cohérence dans un parcours qui se propose d’analyser les traitements, la place et le regard réservés par la société valencienne des XVe-XVIIe siècles à deux catégories de marginaux souvent associés dans les mentalités valenciennes d’alors et désignés conjointement sous le nom d’Innocents (Ignoscents dans l’ancien dialecte valencien): les fous et les orphelins. Nous avons analysé les traitements qui leur étaient réservés, tant en ce qui concerne les réalités historiques que les représentations sociales qui en étaient offertes. Enfin, nous nous sommes intéressée aux représentations littéraires du microcosme de l’hôpital des fous. Nos travaux comprennent quatre volets : -attitudes de diverses institutions face à la marginalité ; -représentations sociales des fous et des orphelins ; -représentations de l’hôpital des fous par Lope de Vega Carpio ; -représentations allégoriques sur le même thème. I.L’assistance aux fous et aux orphelins à Valence aux XVe-XVIIe siècles : les attitudes institutionnelles face à la marginalité A. Les institutions d’assistance Un premier groupe de travaux a été consacré à l’étude des deux institutions qui assistaient ces marginaux : d’une part, les fous, pris en charge par l’Hôpital des Innocents, fondé en 1409 et devenu en 1512, lors de la fondation de l’Hôpital général, Maisons des fous et des folles de ce dernier ; d’autre part, les orphelins, éduqués par le Collège des orphelins Saint-Vincent-Ferrier, également fondé au début du XVe siècle. Locura y sociedad, notre premier livre, publié à Valence (Espagne) en 1994, est l’adaptation à l’espagnol de notre thèse de doctorat, soutenue à l’Université de la Sorbonne Nouvelle (PARIS III) sous la direction du Professeur Augustin Redondo le 13 février 1993. Il en va de même pour les deux articles ci-dessous mentionnés. L’un est le texte de la communication que nous avons lue au Colloque qui s’est tenu à Valence en mai 1997 en Hommage à l’historien espagnol de la psychiatrie, le Dr. Vicente Peset Llorca. L’autre est le texte publié dans l’ouvrage collectif paru il y a quelques mois à Valence (2007) sur l’histoire de l’Hôpital des fous de cette ville. Conformément aux recommandations pour la constitution du dossier scientifique qui figurent sur le livret du Conseil scientifique de Paris III (Vade-mecum), nous n’avons inclus ni notre thèse, ni ces trois adaptations, qui en découlent très directement, dans la liste des travaux présentés en vue de l’obtention du diplôme d’Habilitation à Diriger des Recherches. Toutefois, les ayant utilisées pour rédiger notre document de synthèse (qui, toujours selon ces mêmes instructions, doit « retracer le parcours de recherche accompli par le candidat en y incluant par conséquent les recherches engagées dans le travail antérieur de doctorat »), nous les mentionnons également ici. Il s’agit de : Travaux réalisés dans le cadre de notre thèse et directement dérivés de cette dernière : 1. LIVRE Hélène TROPÉ, Locura y sociedad en la Valencia de los siglos XV la XVII: los locos del Hospital de los Inocentes (1409-1512) y del Hospital General (1512-1699) [Traduit par l’auteur de : Folie et société à Valence (XVe-XVIIe siècles): les fous de l'Hôpital des Innocents (1410-1512) et de l'Hôpital général (1512-1699) (thèse de doctorat sous la direction du professeur Augustin Redondo), Paris: Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris III, 723 p.], Valencia: Diputación de Valencia, Centre d'Estudis d'História Local, 1994. 433 p. 2. Article Hélène TROPÉ, «Locura y sociedad en la Valencia de los siglos XV al XVII: los locos del Hospital de los Inocentes (1409-1512) y del Hospital General (1512-1699)», en : La locura y sus instituciones (Actas de las II Jornadas de Historia de la Psiquiatría. Homenaje al Dr. Vicente Peset Llorca, Valencia, 9 y 10 de mayo de 1997), Valencia: Diputación de Valencia, 1997, pp. 141-154. 3. Participation à un OUVRAGE COLLECTIF Hélène TROPÉ, Del Hospital de los Inocentes (1409-1512) a la Casa de los locos del Hospital General (1512-1699), in : Lorenzo Livianos, Conxa Císcar, Ángeles García, Carlos Heimann, Miguel Ángel Luengo, Hélène Tropé, El manicomio de Valencia del siglo XV al XX, Paterna (Valencia) : Ajuntament de Valencia, colección « Científicos valencianos », n° 8, 2006, pp. 13-117. 2) Le Collège des orphelins Nous avons consacré un livre et deux articles au Collège des Orphelins Saint-Vincent-Ferrier : LIVRE Hélène TROPÉ, La formation des orphelins à Valence: le cas du Collège Impérial Saint-Vincent-Ferrier de Valence (XVe-XVIIe siècles), Paris: Publications de la Sorbonne, Presses de la Sorbonne Nouvelle, Collection «Textes et documents du Centre de Recherche sur l'Espagne des XVIe et XVIIe siècles (CRES)», vol. VIII, 1998. 416 p. Article «La formation des orphelins au Collège Saint-Vincent-Ferrier de Valence aux XVIe-XVIIe siècles», in: A. REDONDO, [Études réunies et présentées par], La formation de l’enfant dans l'Espagne des XVIe-XVIIe siècles (Actes du Colloque International, Sorbonne-Collège d'Espagne, octobre 1995), Paris: Publications de la Sorbonne Nouvelle, collection «Travaux du Centre de Recherche sur l'Espagne des XVIe et XVIIe siècles» (CRES - Directeur: Augustin REDONDO), vol. XI, 1996, pp. 215-230. Article Hélène TROPÉ, « Le mystère médiéval de saint Christophe, passeur de gué, dans la Fête-Dieu de Valence (Espagne) », in : DELPECH, François [dir.], Imaginaire des espaces aquatiques, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, Collection «Textes et documents du Centre de Recherche sur l'Espagne des XVIe et XVIIe siècles (CRES)» (à paraître). Ce livre, ainsi que le premier des deux articles mentionnés, portent sur la formation des orphelins dans ce Collège. Nous avons commencé par y retracer l’historique de cette institution, exceptionnelle par sa longévité : créée en 1410, elle existe toujours. Par son histoire et ses finalités, elle est l’homologue d’autres institutions semblables de l’Europe moderne. Fondée par des ecclésiastiques, à partir de 1593, elle devient un établissement contrôlé par trois notables de la cité et passe donc dans les faits sous contrôle de la municipalité. En 1624, elle hérite des locaux du Collège impérial destiné jusqu’en 1609 à l’éducation des enfants morisques de la ville. Après l’expulsion de ces derniers, le Collège reprend, avec les biens de cet établissement, ses armes impériales. Le Collège était destiné aux enfants issus de mariages légitimes dont un ou les deux parents étaient décédés. Par contre, les enfants abandonnés, péjorativement dénommés borts (bâtards), dès lors qu’ils étaient présumés illégitimes, devaient se contenter de l’Hôpital général. Le Collège avait clairement pour mission d’intégrer les orphelins qu’il admettait dans l’espace de la cité tout en les protégeant des milieux délinquants. Il s’agissait donc de les récupérer comme main d’œuvre pour le commerce et l’artisanat, alors en pleine expansion. L’éducation religieuse, notamment l’apprentissage de la doctrine, était le moyen de les former aux valeurs dominantes. Le catéchisme était donc au fondement même de leur apprentissage. Seuls les garçons apprenaient à lire. Les filles, reçues en moins grand nombre que les garçons —sans doute parce qu’elles trouvaient à s’employer comme servantes dès leur plus jeune âge—, apprenaient seulement à prier et à réaliser des travaux ménagers. Une fois éduqués et instruits dans la doctrine, les garçons vers l’âge de 12 ans, étaient mis en apprentissage auprès des marchands et des artisans des corporations afin d’apprendre un métier. Quant aux collégiennes, elles étaient placées comme servantes auprès d’un maître. Vers l’âge de 20 ans, considéré comme adéquat pour le mariage, l’apprentissage prenait fin et le maître d’apprentissage des garçons, ou pour les filles, l’employeur, devaient leur verser un salaire, modeste, en général de 7 livres valenciennes, afin que garçons et filles puissent se faire confectionner un habit. Le second article mentionné porte sur le mystère médiéval valencien de saint Christophe qui le représente en passeur de gué. Ce mystère a été mis en scène à Valence depuis des temps très anciens, conjointement à d’autres mystères, dans le cadre de la fête du Corpus Christi. Nous avons effectué cette recherche car nous avions connaissance de la participation des orphelins du collège, au début du XVIIIe siècle, à sa représentation et nous désirions savoir s’ils y avaient participé antérieurement. Il semble que non. Néanmoins nous avons choisi de publier tout de même nos recherches sur ce mystère, qui constitue une autre manifestation théâtrale valencienne, religieuse cette fois, et offre donc un point de comparaison pour étudier l’univers du théâtre valencien examiné dans le versant littéraire de notre dossier. D’autre part, il a trait à la célébration du Corpus Christi et donc à cet aspect des fêtes célébrées dans la ville, également important dans notre dossier. B. La protection des rois et le contrôle de l’Inquisition 1. Les rois d’Aragon accordent des privilèges aux fondateurs de l’Hôpital des Innocents Le second volet de notre étude des attitudes institutionnelles vis-à-vis de ces marginaux a été consacré à l’examen des textes des privilèges accordés aux fondateurs de l’Hôpital des Innocents par les monarques aragonais. Il s’agit du texte de la communication que nous avons lue en septembre 1993 à Jaca au XVe Congrès d’Histoire de la Couronne d’Aragon. Hélène TROPÉ., «Poder real, locura y sociedad: la concepción de los locos en los privilegios fundacionales otorgados al Hospital de Inocentes de Valencia por los monarcas aragoneses (1409-1427)», in: Actas del XV Congreso de Historia de la Corona de Aragón (Jaca, 20-25 de sept. 1993), Zaragoza: Diputación General de Aragón, Departamento de Educación y Cultura, tomo I y volumen 5°, 1996, p. 307-318. Il ressort de cette étude que la première justification donnée par les monarques à l’assistance hospitalière aux fous a trait à l’affirmation selon laquelle ces derniers sont les pauvres du Christ et qu’il convient de leur porter secours. Les assister permet ainsi au chrétien de gagner la miséricorde divine. En second lieu, leur hospitalisation est envisagée comme une mesure d’ordre public destinée à préserver la cité des troubles et des dommages que ces derniers peuvent causer. En troisième lieu, ils sont comparés aux invalides, incapables de pourvoir à leurs besoins. Le Privilège de 1427 s’élève contre la croyance selon laquelle les « insensés » expieraient leurs fautes ou celles de leurs ancêtres et affirme qu’il n’en est rien : leur folie est une manifestation de la puissance divine. 2) Les inquisiteurs du Tribunal de Valence face à la folie des accusés Dans un article pour l’Hommage à Pierre Vilar rendu par l’Association des Catalanistes de France à ce très grand historien, nous avons étudié les stratégies mises en œuvre et les enquêtes diligentées par les inquisiteurs valenciens face à a folie alléguée ou présumée des accusés : Hélène TROPÉ, «Folie et Inquisition à Valence (1580-1699)», in : Hommage à Pierre Vilar / Association Française des Catalanistes, Paris: Éditions Hispaniques - AFC, 1994, p. 171-185. Nous y exposons que lorsque la réalité de la folie de l’accusé au moment des faits délictueux était avérée, elle constituait devant les tribunaux inquisitoriaux une excuse absolutoire. Dans ce cas, le procès était suspendu et il était relâché s’il avait été arrêté. Diverses enquêtes étaient donc diligentées auprès de ses proches et des témoins des faits. La folie avérée au moment du délit était très certainement prise en compte comme circonstance atténuante tout simplement parce que les inquisiteurs étaient alors convaincus que l’accusé était irresponsable et donc, qu’il n’avait pas eu l’intention de porter atteinte à la foi. En le discréditant aux yeux des tiers, la folie « annulait » aussi la dangereuse portée des propos hérétiques qu’il avait tenus. L’affaire était dès lors classée : on l’absolvait et on le renvoyait à sa famille ou, lorsqu’il n’en avait pas, on l’adressait à l’hôpital des fous. Lorsque la folie de l’accusé n’était ni évidente ni notoire et qu’il était établi qu’il avait même joui d’un certain crédit auprès de la population, une peine pouvait tout de même être appliquée dans le but de le punir et de le discréditer. Dans les cas où les accusés devenaient fous dans les prisons de l’Inquisition, les faits étaient jugés mais l’on sursoyait à l’application de la peine, on les envoyait à l’hôpital des fous afin qu’ils y soient reclus et pris en charge et l’on attendait qu’ils guérissent afin de pouvoir les punir. Le second volet de nos travaux analyse l’ensemble des efforts réalisés par les Autorités de la ville afin de réintégrer ces marginaux, symboliquement cette fois, dans le corps social en les représentant de façon rassurante à la population comme des assistés pris en charge par la ville. Nous nous sommes donc intéressée aux représentations sociales. II. Les représentations sociales des fous et des orphelins : quêtes et fêtes Les Autorités de la ville, conscientes de l’image négative que ces marginaux —les fous en particulier— pouvaient avoir dans les mentalités, ont mis en œuvre diverses stratégies afin de modifier leurs représentations. Ils ont mis en scène fous, orphelins et, plus rarement, enfants exposés, comme des figures de l’Innocence. Nous avons consacré plusieurs travaux à l’étude de ces représentations. Et d’abord un article : Hélène TROPÉ, «Les relations entre hommes et femmes dans l'univers hospitalier valencien de la folie des XV-XVIIè siècles», in: A. REDONDO, [Études réunies et présentées par], Les relations entre hommes et femmes dans l'Espagne des XVIe-XVIIe siècles, Paris: Publications de la Sorbonne, collection «Travaux du Centre de Recherche sur l'Espagne des XVIe et XVIIe siècles » (CRES - Directeur Augustin REDONDO)», vol. IX, 1996, p. 105-116. Dans celui-ci, nous avons commencé par rappeler que les administrateurs avaient édicté une règle de stricte séparation des hommes et des femmes au sein de l’hôpital. Nous avons ensuite montré que tout au long de la période, cette règle a été transgressée comme le prouvent les enfants mis au monde par des folles depuis longtemps hospitalisées. Enfin, nous avons étudié les diverses mises en scène que les administrateurs de l’hôpital eux-mêmes ont effectuées des relations entre fous et folles à l’extérieur de l’établissement dans le cadre des processions festives, au XVIIe siècle en particulier. Puis, dans notre contribution à l’Hommage que le CRES a rendu au Professeur Augustin Redondo, nous avons analysé les représentations sociales des fous et des orphelins, d’abord à l’intérieur de leurs institutions d’assistance respectives, puis à l’extérieur : Hélène TROPÉ, «Fêtes et représentations des marginaux à Valence aux XVIe et XVIIe siècles», in: Écriture, pouvoir et société en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles. Hommage du CRES au Professeur Augustin Redondo, Paris: Publications de la Sorbonne, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001, p. 347-363. Nous y avons notamment étudié comment chroniques, mémoires et journaux privés attestent qu’à l’occasion de diverses manifestations collectives publiques, festives ou expiatoires, les Autorités de la ville ont ainsi fait paraître en tête des processions au moins trois catégories de marginaux assistés dans les institutions évoquées, le plus souvent les fous de l’Hôpital général et les orphelins du Collège Saint-Vincent-Ferrier et, moins fréquemment, les enfants exposés de l’Hôpital général. Ces marginaux étaient chargés d’incarner des rôles, ce qui, symboliquement, permettait de les réinsérer dans le tissu social. Ils furent notamment convertis en figures de l’Innocence. Montrer sur les chars de la ville ces enfants ainsi « récupérés » et préservés de la délinquance, exhiber sous un jour drôle et plaisant les fous de l’Hôpital, grâce, finalement, à une efficace politique d’assistance municipale, ne devait pas manquer d’avoir un certain impact, sans doute voulu et même recherché, sur la population et devait constituer une sorte de publicité vivante à la louange du puissant patriciat gouvernant les affaires de la cité et qui montrait ainsi qu’il savait aussi réintégrer les marginaux dans le tissu social. Ces mises en scène des assistés contribuaient à rassurer le public et, en dernière instance, offraient l’image d’une société valencienne idéalement parfaite. Les deux volets suivants de notre dossier concernent le système de représentations littéraires suscité par l’existence de cet hôpital de Valence, et plus largement, les images littéraires de l’hôpital, notamment de fous, incurables, insensés, etc. Nous avons étudié exclusivement les images correspondant à la première des deux institutions étudiées car, à notre connaissance, aux XVe, XVIe et XVIIe siècles, ni les enfants exposés de l’Hôpital Général, ni les orphelins de Saint-Vincent-Ferrier n’ont fait l’objet de représentations littéraires. Concernant les représentations littéraires construites à partir du motif de l’hôpital, l’historicité des hôpitaux représentés permet de distinguer deux types de productions. D’une part, des œuvres où un hôpital de fous, explicitement nommé, sert de référent et de cadre à tout ou partie de l’action. C’est le cas en particulier de trois œuvres de Lope de Vega Carpio qui effectuent des variations sur ce thème. Elles font l’objet du troisième volet de notre dossier. III. L’hôpital des fous selon Lope : trois variations sur un même thème Hélène TROPÉ, édition critique de Los locos de Valencia de LOPE DE VEGA CARPIO, Madrid, Castalia, « Clásicos castellanos » n° 275, 2003, 352 p. Hélène TROPÉ, Traduction française de Los locos de Valencia de Lope de Vega Carpio (à paraître). Hélène TROPÉ, « La representación dramática del hospital del microcosmos del Hospital de los locos en Los locos de Valencia de Lope de Vega », Anuario Lope de Vega V (1999), Prolope, Departament de Filologia Espanyola de la Universitat Autònoma de Barcelona, pp. 167-184. Hélène TROPÉ, « Menosprecio de Aragón y exaltación de Castilla en El loco por fuerza, comedia atribuida a Lope de Vega », comunication lue dans le cadre du Colloque International organisé par l’Universitá degli Studi di Parma et l’Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris III (Parme, 2-3 mai 2002) sur El texto y su marco : La representación del espacio en el Siglo de Oro español, (à paraître dans Criticón), Après avoir réalisé l’édition critique de la comedia de Lope de Vega Los locos de Valencia, nous l’avons traduite en français. Dans ces deux livres, nous avons présenté le texte et nous l’avons très soigneusement annoté afin d’éclairer le sens de multiples allusions littéraires ou médicales qui peut échapper au lecteur contemporain. Nous nous sommes donc efforcée de rendre le texte accessible. Nous avons consacré un premier article à l’étude de la représentation dramatique de l’hôpital des fous par Lope de Vega Carpio. Nous y avons mis en regard les stylisations réalisées par cet auteur avec ce que nos études antérieures sur l’histoire de cet hôpital nous avaient appris. Nous avons conclu que la pièce Los locos de Valencia ressemble plus à l’image que les administrateurs offraient de leurs hospitalisés, lorsqu’ils les mettaient en scène sur les chars lors des grandes processions dans la ville, qu’à ce qu’a été au quotidien la Maison des fous et des folles. L’hôpital reflété dans Los locos de Valencia ne conserve qu’une ressemblance illusoire avec l’hôpital historique. Il s’agit plus en fait d’une pièce sur le théâtre construite sur la rencontre du topos érasmien de la folie universelle avec celui du Grand Théâtre du Monde. Dans l’article suivant « Menosprecio de Aragón… », nous avons étudié comment, selon la méthode de « l’argumentation casuistique » qui serait propre à Lope de Vega, ce dramaturge présenterait dans une comedia une solution opposée à celle proposée dans une autre œuvre ayant pourtant la même intrigue et comportant les mêmes personnages. C’est le cas des deux œuvres où Lope a représenté l’hôpital : Los locos de Valencia, El peregrino en su patria, ainsi que El loco por fuerza, pièce qui lui a été attribuée et dont nous pensons personnellement qu’elle est bien de lui. Il nous est apparu que la question du genre détermine les variations entre les trois pièces. Ainsi, logiquement, dans la comedia Los locos de Valencia, l’hôpital des fous devient le microcosme de la folie comique. Dans les scènes asilaires du roman byzantin, il est par contre un espace sinistre où la folie, tragique, signe l’accomplissement du destin dramatique des amants soumis à d’incessantes tribulations. Quant à El loco por fuerza, il s’agit d’un drama, mot que nous employons ici pour désigner, avec le professeur Joan Oleza, un macro-genre caractérisé par sa mission transcendante, son prosélytisme et son contenu panégyrique. Dans cette pièce, l’hôpital est tragi-comique. La question des genres présiderait donc bien à ces variations et les expliquerait. D’autre part, nous avons étudié comment cette pièce, probablement écrite par Lope de Vega entre 1597 et 1608, met en scène de très conflictuelles relations entre castillans et aragonais dans le cadre de la ville de Saragosse et de la montagne aragonaise. Nous l’avons analysée à la lumière du contexte historique des révoltes aragonaises de 1591 et avons émis l’hypothèse selon laquelle l’internement forcé du personnage principal pourrait peut-être renvoyer aux poursuites intentées par Philippe II contre son Secrétaire Antonio Pérez, accusé d’assassinat, lequel se réfugia à partir d’avril 1590 en Aragon où il provoqua deux soulèvements à Saragosse en mai et en septembre 1591. Enfin, concluant dans cet article sur l’ensemble du dossier des représentations de l’hôpital par Lope de Vega, nous avons proposé des hypothèses de lecture conjointe de El loco por fuerza et de Los locos de Valencia en rapport avec l’affaire Pérez et les Relaciones (éditions de 1594 et 1598) écrites par ce dernier. Nous avons tenté de montrer que Lope de Vega inverse radicalement les perspectives idéologiques favorables aux aragonais depuis lesquelles Pérez a écrit son texte. Dans El loco por fuerza, la Castille apparaît à travers les membres du couple d’amoureux originaires de Tolède comme une terre de vertu menacée par ce qui est montré dans la pièce comme perversion morale et politique aragonaise : exaltation de Castille et mépris d’Aragon. Le monarque qui rétablit l’ordre à la fin de l’œuvre est un parangon de justice. La pièce est orientée idéologiquement vers une exaltation de la Castille comme véritable centre de l’Empire et une condamnation des révoltes aragonaises. Si les « hôpitaux lopesques » se caractérisent par la forte illusion référentielle qu’ils génèrent en dépit de leur historicité finalement assez faible, d’autres représentations d’asiles n’autorisent plus du tout la moindre confusion du signe théâtral avec le simulacre de référent : ce sont les représentations allégoriques, objet du quatrième volet de nos travaux. IV. Les fous défilent. Représentations allégoriques de l’hôpital des fous La tradition littéraire de « l’hôpital » paraît ancienne et elle est profuse. Dans la dernière partie de notre dossier, nous avons étudié deux de ces représentations allégoriques : la tragi-comédie de Charles Beys L’Hospital des fous (1635), modifiée en 1653 sous le titre Les illustres fous, et un texte attribué à Quevedo, mais qui serait en réalité du poète et musicien sévillan Melgarejo : La Casa de los locos de amor. Le texte d’origine est conservé dans un manuscrit du début du XVIIe siècle et a été publié, dans une version toutefois expurgée et fort édulcorée, dans l’édition des sueños de Quevedo parue à Saragosse en 1627, puis dans presque toutes les éditions successives. Dans la plupart de ces représentations allégoriques, dont nous avons offert un panorama (toutefois non exhaustif) dans notre synthèse, on observe un certain nombre d’éléments récurrents qui autorisent à considérer l’hypothèse selon laquelle ces représentations formeraient peut-être un sous-genre ou à tout le moins, une tradition : narrateur personnel en position de témoin, figures allégoriques correspondant aux membres de l’hôpital visité, défilé de fous. Le texte de la communication que nous avons lue au XIVe Congrès de l’Association Internationale des Hispanistes (New York, juillet 2001) est consacré à l’étude du procédé dans Los locos de Valencia et El peregrino en su patria de Lope de Vega : Hélène TROPÉ, « Desfiles de locos en dos obras de Lope de Vega : Los locos de Valencia y El peregrino en su patria », Actas del XIV Congreso de la Asociación Internacional de Hispanistas [Nueva York, 16-21, Julio, 2001], edición de Isaías Lerner, Robert Nival y Alejandro Alonso, Newark, Delaware, Juan de la Cuesta, col. « Hispanic Monographs », 2004, t. II, p. 555-564. Dans notre synthèse, nous avons exprimé qu’il nous semble que cette étude pourrait être étendue valablement et avec profit à d’autres représentations ; mais que l’extension du corpus conduirait probablement à un élargissement du point de vue. On serait alors probablement amené à conclure que le rire que suscite cette revue d’insensés dans les œuvres de Lope peut se transmuer en franche amertume et déboucher sur une vision désabusée du monde dans d’autres œuvres telles que La casa de los locos de amor. Lu au VIe Congrès de la Asociación internacional Siglo de Oro (AISO) à Burgos en juillet 2002, le texte de notre communication montre que cette dernière œuvre est un rêve allégorique parodique qui débouche sur une satire du mariage et de l’amour représentés comme folie. Dans la version manuscrite, La casa de los locos de amor est une censure sévère des mœurs dépravées et brosse un noir tableau de la société espagnole du temps. Paradoxalement, dans sa version expurgée et édulcorée parue avec d’autres textes de Quevedo dans les Sueños de 1627, son éloge du mariage lui aurait certainement valu d’être reniée par l’auteur des Sueños. Telles sont les conclusions qui ressortent du texte de l’article correspondant : Hélène TROPÉ, « Los ‘Hospitales de locos’ en la literatura española del siglo XVII: la representación alegórico-moral de la Casa de los locos de amor atribuida a Quevedo », en: Actas del VI Congreso de la Asociación internacional Siglo de Oro (AISO) [Burgos, Universidad de Burgos, 15-19 de julio de 2002], Madrid : Iberoamericana Vervuert. Enfin, dans l’article consacré à la tragi-comédie de Charles Beys L’Hospital des fous, publiée en 1635, reprise et modifiée en 1653, sous le titre Les Illustres fous, nous avons confronté l’image de la folie hospitalière, offerte respectivement par l’Italien Garzoni, l’Espagnol Lope de Vega et le Français Charles Beys, de ce même microcosme de la folie hospitalière et montré que les représentations de l’Italien et de l’Espagnol se rapprochent sur des points qui les opposent à celle du Français. L’hôpital représenté par Lope de Vega, comme celui de Garzoni, est un microcosme séparé du monde. L’hôpital de Beys, au contraire, dont les frontières s’étendent au fur et mesure de la représentation, a vocation à figurer tout l’univers et sa folie. D’autre part, dans l’hôpital des fous de l’Italien et de l’Espagnol, les frontières entre le personnel et les hospitalisés restent stables, plus hermétiques cependant chez le premier que chez le second, alors que dans l’hôpital du Français elles tendent peu à peu à s’effacer jusqu’à ce que soit révélé au spectateur que le Concierge, censé garder les fous, l’est autant qu’eux et que la pièce à la représentation de laquelle le spectateur est en train d’assister a même été écrite par lui. En conséquence, alors que ni la pièce du Phénix ni celle de Garzoni ne tendent jamais véritablement de miroir au spectateur afin qu’il s’y regarde et conclue qu’il est un fou parmi les fous mis en scène, chez le Français au contraire, le spectateur est explicitement invité à se reconnaître parmi les rôles de fous défilant devant lui. La folie est univoque et irréversible dans l’ouvrage de Garzoni. Elle l’est aussi en grande partie dans la pièce de Lope de Vega. Par contre, dans celle de Beys, elle est équivoque, ambiguë, constamment réversible et surtout elle est universelle : Hélène TROPÉ, « Variations dramatiques espagnoles et françaises sur le thème de l’hôpital des fous aux XVIe et XVIIe siècles : de Lope de Vega Carpio à Charles Beys », Bulletin Hispanique (à paraître).
Type de document :
HDR
Histoire. Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, 2006
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [16 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/tel-01591098
Contributeur : Hélène Tropé <>
Soumis le : vendredi 3 novembre 2017 - 17:23:55
Dernière modification le : mercredi 25 juillet 2018 - 01:22:37
Document(s) archivé(s) le : dimanche 4 février 2018 - 12:13:30

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : tel-01591098, version 1

Collections

Citation

Hélène Tropé. FIGURES DE LA MARGINALITÉ DANS L'ESPAGNE DES XV e -XVII e SIÈCLES : LES FOUS ET LES ORPHELINS A VALENCE. Histoire. Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, 2006. 〈tel-01591098〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

178

Téléchargements de fichiers

202