Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Nouvelle interface
Chapitre d'ouvrage

De la scatologie à l’eschatologie. : Souffle du bas et souffle du haut sur le plafond peint du château de l'archevêque de Narbonne à Capestang

Résumé : Pourquoi un archevêque choisit-il de faire peindre des pets au plafond de sa demeure ? Au milieu du XVe siècle, celui de Narbonne ne se contente pas de simples flatulences. Son choix se porte aussi sur un soufflacul, figuré sur deux closoirs en vis-à-vis par un trompettiste soufflant dans les fesses d’un fou. Les deux personnages forment un diptyque où haut et bas du corps se confondent par le jeu de la circulation des souffles. Au-delà de son effet comique, cette image bakhtinienne rappelle l’existence du rite carnavalesque des soufflaculs, qui célèbre le retour printemps et la circulation des âmes des morts. Le rite est bien attesté dans la région aux XIXe et XXe siècles. Mais des sources plus anciennes, iconographiques et littéraires, témoignent de l’existence du motif du soufflacul dès la fin du Moyen Âge, où il porte une symbolique liée à la vie, la mort et au passage des âmes vers l’au-delà. Il se rapproche ainsi d’une étonnante pratique médicale, l’insufflation alvine, utilisée pour réanimer les morts à l’époque moderne. Ces sources permettent de reconsidérer l’image du soufflacul dans le contexte de la demeure de l’archevêque, selon l’enjeu que représente pour lui la représentation du souffle comme métaphore de l’âme.
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-03865496
Contributeur : Maud Perez-Simon Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : mardi 22 novembre 2022 - 12:36:01
Dernière modification le : mercredi 23 novembre 2022 - 03:44:45

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : hal-03865496, version 1

Collections

Citation

Maud Pérez-Simon, Cécile Bulté. De la scatologie à l’eschatologie. : Souffle du bas et souffle du haut sur le plafond peint du château de l'archevêque de Narbonne à Capestang. Evelyne Sammama; Franck Collard. Histoire du ventre. Entrailles, tripes et boyaux. Antiquité, Moyen Âge, Epoque moderne, L'Harmattan, pp.295-308, 2021, Rencontres d'histoire de la médecine, des pratiques et des représentations médicales dans les sociétés anciennes, 978-2-343-24686-4. ⟨hal-03865496⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

0