Traduire la voix musicale d’un conteur : recréer son iconicité

Résumé : Quand un conteur parvient à captiver de jeunes lecteurs, c’est souvent grâce à la musicalité de son écriture, notamment lorsque celle-ci évoque le spectacle qu’elle décrit en le reflétant. Un tel style littéraire peut être qualifié d’iconique puisque le signifiant (la langue de l’auteur) mime le signifié (le récit et sa diégèse) (Peirce, 1955). La traduction d’une œuvre de ce type doit tendre à préserver cette iconicité. La littérature jeunesse étant le fruit d’un rapport très intime à la langue maternelle, sa musicalité fait partie intégrante de la « littéralité charnelle » du style du conteur (Berman, 1999 : 77-78). Le traducteur ne pourra la préserver que si sa traduction respecte les critères de poéticité et d’éthicité que Berman a définis (1995 ; 1999). La présente étude vise à montrer la façon dont musicalité et iconicité peuvent être inextricablement liées. Elle tente également d’identifier des stratégies de traduction permettant la translation de cette iconicité dans une autre langue et à destination d’un jeune public. Notre corpus est composé d’une sélection d’histoires de fantômes écossaises écrites par Sorche Nic Leodhas. Les situations haletantes et humoristiques mises en scène dans chacun de ces contes sont relatées à l’aide de formulations dont l’iconicité repose sur différents procédés rythmiques et sonores. Or du fait des contraintes syntaxiques de la langue française (Guillemin-Flescher, 1981 ; Chuquet et Paillard, 1989), ces derniers ne peuvent être reproduits tels quels dans la traduction. Comment, alors, traduire ces passages avec poéticité et éthicité ? En d’autres termes, comment restituer la musicalité et l’iconicité de la langue de Sorche Nic Leodhas en français ? Il s’avère que l’on peut y parvenir en procédant à plusieurs modifications syntaxiques et sémantiques susceptibles de créer une nouvelle forme d’iconicité dans la langue cible. Bien que cette démarche éloigne inévitablement le texte cible de la littéralité du texte source, c’est cet écart qui procure la latitude nécessaire à l’« acte de création » dont dépend « la survie du texte » (Ballard, 1997 : 86).
Type de document :
Communication dans un congrès
Traduire les sens en littérature pour la jeunesse - Colloque du TRACT, Oct 2017, Paris, France. 〈http://www.univ-paris3.fr/traduire-les-sens-en-litterature-pour-la-jeunesse-447766.kjsp〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01628936
Contributeur : Mariane Utudji <>
Soumis le : dimanche 5 novembre 2017 - 12:23:09
Dernière modification le : lundi 6 novembre 2017 - 01:11:15

Identifiants

  • HAL Id : hal-01628936, version 1

Collections

Citation

Mariane Utudji. Traduire la voix musicale d’un conteur : recréer son iconicité. Traduire les sens en littérature pour la jeunesse - Colloque du TRACT, Oct 2017, Paris, France. 〈http://www.univ-paris3.fr/traduire-les-sens-en-litterature-pour-la-jeunesse-447766.kjsp〉. 〈hal-01628936〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

9