Edition critique, traduction et commentaire de la Dédicace à Simon Chauvel de Los locos de Valencia, in Trezena parte de las comedias de Lope de Vega Carpio.

Abstract : Ce texte dédié par Lope de Vega à l’un de ses plus ardents défenseurs, le Français Simon Chauvel, est à replacer dans le contexte de la vive querelle ou guerre littéraire qui, dans les années 1618-1620, opposa le poète à ses détracteurs, et d’abord aux partisans « cultéranistes » de Góngora contre lesquels le Phénix était en guerre. Il convient aussi de l’interpréter à la lumière de la polémique que suscita un opuscule infamant écrit pour critiquer le grand dramaturge castillan, La Spongia, et contre lequel s’élevèrent amis et partisans de ce dernier, dont Simon Chauvel, précisément. En effet, en 1617, se mit à circuler à Madrid un ouvrage en latin, aujourd’hui disparu, intitulé Spongia. Celui-ci calomniait Lope, jetait le discrédit sur son œuvre et, comme son nom l’indique, était destiné à « éponger » et même à effacer tous ses écrits. Son auteur était Pedro Torres Rámila, professeur de grammaire latine à l’Université Complutense et ferme partisan des doctrines néo-aristotéliciennes. Le libelle était paru prétendument à Paris selon les indications typographiques. Toutefois, il est permis d’en douter puisque légalement, aucun livre écrit en Espagne ne pouvait être publié à l’étranger. Cet ouvrage insultant à l’égard du Phénix était la rançon de la gloire : Lope de Vega, talentueux dramaturge qui avait osé bousculer dans son Arte nuevo de hacer comedias (Madrid, 1609) les règles dramatiques établies par Aristote, remportait un vif succès, mais il avait aussi suscité la jalousie et l’opposition farouche de ceux qui entendaient préserver les règles classiques. La réplique des amis et des défenseurs de Lope ne se fit pas attendre : dans la Expostulatio Spongiae (1618), parue non pas à Troyes, en France mais en réalité à Madrid ― de même que la Spongia avait été publiée entre Alcalá et Madrid (1617) ― les poètes les plus proches du grand dramaturge rebattirent l’une après l’autre toutes les accusations de l’infamant opuscule. Or, Lope rédigea probablement les textes des dédicaces de la Treizième Partie (1620), qui inclut Les Fous de Valence (Los Locos de Valencia), entre 1618 et 1620, à l’époque où il était en pleine guerre littéraire contre ses détracteurs aristotéliciens qui critiquaient la Comedia au motif qu’elle n’observait pas les préceptes classiques. Le choix des personnalités littéraires auxquelles Lope dédia chacune des douze pièces composant chaque Partie à partir de la Treizième (1620) paraît avoir été guidé par son désir de les remercier pour leur récente participation à la défense de son œuvre et de sa personne à travers la Expostulatio spongiae (1618) : parmi eux, Simon Chauvel, à qui le dramaturge adresse sa dédicace de la comedia Les fous de Valence, ainsi que Francisco López de Aguilar, qui pourrait bien être l’auteur des vers cités dans ce texte. Simon Chauvel, nommé dans la dédicace Simón Xabelo (et dans d’autres documents Chauvelo, Javel, Xabel) était un noble, magistrat à Blois (Loir-et-Cher) dont il était probablement originaire. Il avait vingt-six ans quand Lope rédigea la dédicace. Il était fort savant en latin et en grec. Chauvel séjourna à Madrid de 1618 à 1621. En 1620, il participa à la Justa poética célébrée dans cette ville à l’occasion de la béatification de saint Isidore. Il est probable qu’il rentra en France l’année suivante. Le thème de la dédicace est l’envie que le succès remporté par les œuvres de Lope suscite chez ses détracteurs dont l’ignorance, selon le poète, n’a d’égale que l’arrogance. Le Phénix dénonce la bassesse des moyens avec lesquels ils escomptent atteindre les sommets de la gloire ―le plagiat et la calomnie ― et, s’appuyant sur la théorie aristotélicienne du tiers exclu, il affirme que ses détracteurs ne peuvent à la fois copier et critiquer ses écrits. Si, comme l’affirme le philosophe, de deux affirmations qui se contredisent, l’une est nécessairement vraie, c’est bien qu’en réalité ses détracteurs le plagient pour la seule et unique raison qu’en réalité ils l’admirent.
Type de document :
Autre publication
Dans le cadre de ma participation au projet ANR « Les idées du théâtre, France, Espagne, Italie, .. 2013
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01584744
Contributeur : Hélène Tropé <>
Soumis le : samedi 9 septembre 2017 - 14:10:35
Dernière modification le : jeudi 15 février 2018 - 19:16:01

Identifiants

  • HAL Id : hal-01584744, version 1

Collections

Citation

Hélène Tropé. Edition critique, traduction et commentaire de la Dédicace à Simon Chauvel de Los locos de Valencia, in Trezena parte de las comedias de Lope de Vega Carpio. . Dans le cadre de ma participation au projet ANR « Les idées du théâtre, France, Espagne, Italie, .. 2013. 〈hal-01584744〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

46