Le crime et le macabre sur scène dans La infanta Oriana (1852), comédie de magie de Manuel Fernández González

Résumé : L’étude de la figuration du crime dans la « comédie de magie » espagnole de la fin du XIXe siècle réserve des surprises. Alors qu’on pouvait croire que dans de telles œuvres, le crime ne pouvait être que surnaturel, nous découvrons qu’en réalité la représentation de l’assassinat dans ce théâtre magique est dénuée d’effets merveilleux. En revanche, ce qui caractérise cette « comédie de magie » est que le crime n’envisage pas la mort comme irréversible, définitive. La résurrection montre les grandes libertés dramaturgiques de ce genre populaire. Libertés dramaturgiques, mais pas idéologiques, puisque l’analyse de la figuration du crime démontre un manichéisme qui structure les pièces magiques où le criminel finit toujours par recevoir le châtiment que lui inflige le Bien triomphant.
Type de document :
Article dans une revue
América : cahiers du CRICCAL, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013, Le crime, 1 (43), pp.79-90. 〈http://america.revues.org/961 ; DOI : 10.4000/america.961〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01541101
Contributeur : Lise Jankovic <>
Soumis le : samedi 17 juin 2017 - 15:15:39
Dernière modification le : mardi 20 juin 2017 - 01:10:32
Document(s) archivé(s) le : vendredi 15 décembre 2017 - 15:43:00

Fichier

Crime_Lise_Jankovic_América_...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : hal-01541101, version 1

Collections

Citation

Lise Jankovic. Le crime et le macabre sur scène dans La infanta Oriana (1852), comédie de magie de Manuel Fernández González. América : cahiers du CRICCAL, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013, Le crime, 1 (43), pp.79-90. 〈http://america.revues.org/961 ; DOI : 10.4000/america.961〉. 〈hal-01541101〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

337

Téléchargements de fichiers

41