Mise en scène de la violence érotisée : la scène du fantasme de Gisèle Vienne

Résumé : Depuis bientôt quinze ans, l’univers scénique que propose Gisèle Vienne explore les liens qu’entretiennent violence et érotisme. Une belle enfant blonde, présenté en 2005, est exemplaire sur ce point et interroge cette fantasmatique qui puise ses sources en partie dans l’œuvre du Nouveau romancier, Alain Robbe-Grillet. Usant de références littéraires telles que Sade, Dennis Cooper ou encore Catherine Robbe-Grillet, par ailleurs présente sur scène, la metteure en scène offre un spectacle qui évoque l’univers sadomasochiste sans qu’en paraisse le décorum. Bien plus qu’une représentation concrète de la scène SM, Gisèle Vienne propose d’explorer les fantasmes liés à la violence érotisée. Son travail scénographique, jouant sur le hors-champ et stimulant l’ouïe du spectateur, l’érotisation du corps féminin, objet anthropomorphe ou corps humain, ainsi que la construction dramaturgique issue de références à la littérature transgressive sont autant d’éléments qui permettent à l’artiste de mettre à l’épreuve la frontière entre réalité et fantasme que la violence érotisée questionne.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01519243
Contributeur : Margot Dacheux <>
Soumis le : samedi 6 mai 2017 - 16:34:05
Dernière modification le : dimanche 7 mai 2017 - 01:07:58

Identifiants

  • HAL Id : hal-01519243, version 1

Collections

Citation

Margot Dacheux. Mise en scène de la violence érotisée : la scène du fantasme de Gisèle Vienne. Erotisme et sexualité dans les arts du spectacle, Oct 2014, Paris, France. 〈http://www.mshparisnord.fr/fr/actualites/manifestations-scientifiques/item/1888-erotisme-et-sexualite-dans-les-arts-du-spectacle.html〉. 〈hal-01519243〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

50