Écriture fragmentée et traduction : Comment préserver les libertés stylistiques de Rushdie en langue française ?

Résumé : Dès sa parution en 1981, Midnight’s Children fut acclamé par la critique et reconnu comme un roman « initiateur de tendance » (Agarwal, 2012 : 14), élevant Salman Rushdie au rang de l’un des plus grands auteurs de langue anglaise. Cette œuvre est emblématique de l’écriture rushdienne, qui fait actuellement l’objet d’un projet de thèse de traductologie, et dont nous nous proposons ici d’étudier un aspect particulier. Comme Rushdie l’a déclaré, le narrateur de son célèbre roman est faillible et nous transmet une vision du monde peu fiable car fragmentaire, analogue à notre perception du réel (Rushdie, 1992 : 10, 12, 25). Cette représentation des choses s’exprime dans la matière même d'un récit foisonnant et dynamique, hétéroclite, désordonné et discontinu. Rushdie s'offre un espace de créativité, se permettant notamment des « libertés stylistiques » (Harrison, 1992 : 61) qui participent à cette fragmentation de l’écriture. Certaines de ces occurrences semblent malgré tout résulter d’une « intelligence organisatrice » (Grant, 2014 : 32) car elles ont pour particularité de composer un réseau de motifs qui ordonne le chaos général et procure paradoxalement une certaine cohérence (Harrison, 1992 : 49-50). Bien que l’écriture de Rushdie soit « particulièrement difficile à traduire » (Pesso-Miquel, 2007 : 9), un francophone désireux de découvrir Midnight’s Children est en droit d’exiger une traduction française respectueuse des choix stylistiques de l’auteur. Notre étude s’est concentrée sur ces fragments qui « « bris[ent] » le langage, le cours « normal » du discours » et « la construction syntaxique « normale » de la phrase, de la ponctuation » (Garrigues, 1995 : 49). Dans quelle mesure le traducteur a-t-il pu préserver ces occurrences? Comment y est-il parvenu ? Notre analyse, qui s’est portée sur plusieurs exemples représentatifs extraits de l’œuvre originale et de la traduction française, a mené au constat suivant : Guiloineau n’a généralement pas pu conserver telles quelles les libertés stylistiques du texte original. S'adaptant au fonctionnement de la langue française, il a dû les déconstruire pour mieux les recréer et donner à voir leur nature fragmentée.
Type de document :
Communication dans un congrès
Anna Krzyżanowska (Université Marie Curie-Skłodowska). Colloque international Texte - Fragmentation - Créativité, Oct 2016, Lublin, Pologne. 〈http://www.umcs.pl/pl/aktualnosci,8134,colloque-texte-fragmentation-creativite-21-22-pazdziernika-2016,38520.chtm〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01500125
Contributeur : Mariane Utudji <>
Soumis le : dimanche 2 avril 2017 - 15:48:25
Dernière modification le : dimanche 17 septembre 2017 - 14:36:17

Identifiants

  • HAL Id : hal-01500125, version 1

Collections

Citation

Mariane Utudji. Écriture fragmentée et traduction : Comment préserver les libertés stylistiques de Rushdie en langue française ?. Anna Krzyżanowska (Université Marie Curie-Skłodowska). Colloque international Texte - Fragmentation - Créativité, Oct 2016, Lublin, Pologne. 〈http://www.umcs.pl/pl/aktualnosci,8134,colloque-texte-fragmentation-creativite-21-22-pazdziernika-2016,38520.chtm〉. 〈hal-01500125〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

64