« Forêt verte et forêt noire : une polarité romantique »

Résumé : Dès le Moyen-Âge, la forêt, emblème de l’extériorité absolue de la Nature, prend un caractère ambivalent : forêt « noire » de l’inhumain, du sauvage et de l’étrange ; elle est aussi la forêt « verte » de la vie originelle et du ressourcement originaire. Le Romantisme reprend cette double orientation pour l’appréhender comme polarité de son imaginaire. La forêt dantesque et infernale où prédomine le chaos et la terreur c’est précisément cette « Forêt-Noire » dont parle par exemple Hugo : « forêt lugubre d’Albert Dürer » mais aussi « forêt terrible de Salvator Rosa ». Cependant la terreur est l’indice d’une énergie essentielle : la forêt de Faggiola dans l’Abbesse » de Castro est certes une forêt terrible, mais elle doit surtout son existence à l’énergie d’un volcan éteint… Ainsi la forêt romantique est un motif à double-fond : sa terreur sombre n’est que l’expression d’un excès d’énergie. S’y plonger c’est donc aussi s’y ressourcer, s’y régénérer au sein de la sublime (mais terrible) magnificence d’un paradis sans doute perdu à jamais (Tocqueville, Chateaubriand en Amérique ou Fontainebleau pour Senancour et Flaubert).
Type de document :
Communication dans un congrès
La forêt romantique, Jun 2010, Champagne-Vigny, France. Eidôlon, pp.159-171, 2012, La forêt romantique
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01492124
Contributeur : Yvon Le Scanff <>
Soumis le : samedi 18 mars 2017 - 00:26:20
Dernière modification le : mercredi 22 mars 2017 - 15:57:39

Identifiants

  • HAL Id : hal-01492124, version 1

Collections

Citation

Yvon Le Scanff. « Forêt verte et forêt noire : une polarité romantique ». La forêt romantique, Jun 2010, Champagne-Vigny, France. Eidôlon, pp.159-171, 2012, La forêt romantique. 〈hal-01492124〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

53