Les anthologies et la fondation de la tradition littéraire brésilienne : dialogues avec l’identité nationale, de l’Indépendance (1822) à l’Estado Novo (1930-1945)

Résumé : L’étude de l’évolution du genre anthologique au Brésil met en évidence le rapport entre les anthologies et les étapes consécutives de la construction de l’identité nationale. À partir d’objets éditoriaux peu différenciés tels que les parnasos, florilégios et seletas du XIXe siècle, les anthologies se sont spécialisées et consolidées pendant les premières décennies du XXe siècle, entrainées par le double essor de l’éducation nationale et du marché éditorial, mais surtout par les actions culturelles d’un État dont les idéaux de modernisation et d’unité résultaient dans un grand projet de reformulation de l’identité nationale, à partir des années 1930. Les théoriciens qui se penchent sur la création des identités nationales sont unanimes quant à la place privilégiée occupée par la littérature aussi bien dans la construction de l’identité que dans la transmission et dans l’apprentissage des valeurs communes qui la soudent. Nonobstant son apparence anodine et la simplicité de l’étymologie du terme – bouquet fleuri –, l’anthologie est un objet capable d’informer sur plusieurs aspects de la littérature, constituant un véritable « observatoire du fait littéraire » et, par voie de conséquence, d’un élément capital de la construction identitaire. Par ailleurs, les anthologies se présentent souvent comme des lieux de rencontre de différents discours : l’esthétique-littéraire, l’historique, le pédagogique et aussi l’idéologique. Le processus de sélection des fragments – essence de l’action anthologique – n’a rien d’innocent, car chaque présence implique une absence. Ce geste atteste un jugement de valeur et une posture envers le temps : ancré dans les convictions du temps présent, l’anthologiste observe le passé, extrait des fragments textuels de leurs contextes d’origine et les raccommode dans de nouveaux ensembles. Ce faisant, il offre aux contemporains et aux générations futures non seulement une vision filtrée du passé, mais aussi une sorte d’étalon pour conditionner les jugements esthétiques futurs. Malgré la complexité et l’importance du genre, ces objets attirent rarement l’attention des chercheurs intéressés par les modes de productions et de circulation des discours de l’histoire et de la critique littéraires, qui s’orientent plus fréquemment vers les manuels d’histoire littéraire. Ainsi, il s’agira dans cette communication de présenter l’évolution du genre anthologique au Brésil à partir de son Indépendance politique (1822) et d’analyser les rôles joués par les anthologies littéraires nationales dans la construction et dans les reformulations successives de la tradition littéraire brésilienne, jusqu’à la fin de l’Estado Novo (1945).
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01491115
Contributeur : Paula Candido Zambelli <>
Soumis le : jeudi 16 mars 2017 - 12:58:51
Dernière modification le : jeudi 23 mars 2017 - 10:02:40

Identifiants

  • HAL Id : hal-01491115, version 1

Collections

Citation

Paula Candido Zambelli. Les anthologies et la fondation de la tradition littéraire brésilienne : dialogues avec l’identité nationale, de l’Indépendance (1822) à l’Estado Novo (1930-1945). Les doctoriales américanistes, Sep 2016, Strasbourg, France. Les doctoriales américanistes, 〈http://saesfrance.org/les-29-et-30-septembre-2016-luniversite-de-strasbourg-organise-pour-le-pole-nord-est-de-linstitut-des-ameriques-des-doctoriales-americanistes/〉. 〈hal-01491115〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

38