Praticiens et chercheurs à l’écoute du sujet plurilingue. Réflexivité et interaction biographique en sociolinguistique et en didactique

Résumé : Cet ouvrage est structuré autour de trois thèmes : 1) les liens entre approches biographiques et appropriation / formation 2) la place et le rôle de la réflexivité dans ces activités et ces processus, 3) les positionnements épistémologiques des praticiens-chercheurs. Girardeau et Huver interrogent « les modalités d’émergence et d’appropriation d’une posture réflexive par une étudiante, apprentie-enseignante en montrant en quoi le dispositif proposé lui a permis de se construire une posture professionnelle réflexive. Goï montre ensuite comment l’exploitation didactique d’éléments biographiques de jeunes allophones nouvellement arrivés en France peut être envisagée « d’une part, comme outil d’apprentissage et de construction cognitive sur le plan synchronique et, d’autre part, comme une contribution à la cohésion de la personne dans son aspect diachronique ». Baroni et Jeanneret explorent la dimension genrée des biographies langagières pour « relier la question de la constitution et de la transformation de l’identité genrée avec sa répercussion sur l’investissement dans un apprentissage de FLE ». Thamin, en partant du principe que les approches biographiques constituent « un outil privilégié pour parvenir à cerner [l]es aménagements identitaires », met en lien mobilité géographique et professionnelle, répertoire langagier et aménagements identitaires. Des lignes de force se dessinent, liant étroitement apports et perspectives de recherche, pour 1) contribuer à la compréhension des liens entre le langage et l’identité en relation avec l’appropriation au travers des approches biographiques et du rôle qu’y joue la réflexivité, et 2) pour enrichir la réflexion méthodologique (et épistémologique) en sociolinguistique et en didactique des langues. Les différents auteurs envisagent les approches biographiques comme une démarche facilitant la compréhension des processus d’appropriation, mais aussi l’appropriation elle-même : appropriation linguistique et cognitive ; (ré)appropriation ou construction d’une identité : genrée, professionnelle, plurilingue ; appropriation ou construction d’une posture professionnelle. La réflexivité, envisagée comme « réflexion dans et sur l’action » (Schön 1994) et / ou comme « activité [qui] consiste à réfléchir à sa posture » (De Robillard 2007), est ici un maillon central : l’activité réflexive aidante pour accompagner des individus à produire un regard interprétatif, interrogeant, analytique sur leur projet initie et favorise en effet ce travail de mise en lien attendu lors des entretiens à caractère biographique. Ce travail nourrit en retour l’activité réflexive et le caractère formateur des entretiens. Les auteurs expriment des préoccupations méthodologiques et épistémologiques communes, en faisant le choix d’approches résolument qualitatives et compréhensives, qui reposent sur des études de cas laissant la place à de nombreux fragments de récits de vie et de portraits (Simon). Dans cet espace méthodologique, l’accent est mis sur la nature co-construite de l’entretien, de l’interaction verbale entre l’apprenante et la personne qui l’interroge c’est-à-dire sur les processus de co-construction du récit et de la dynamique interactionnelle qui se développent entre le sujet et l’enquêteur (Molinié). Enfin, la place du chercheur et son interprétation est interrogée. Le chercheur n’est pas envisagé comme un acteur neutre, mais au contraire comme « doté de ses ressources expérientielles, de ses hypothèses, de ses vigilances théoriques, méthodologiques, d’éléments de sa propre histoire » (Bretegnier). Dans ce cadre, il doit envisager sa propre professionnalité dans un rapport empathique, herméneutique et impliqué. Cette posture se situe dans un paradigme épistémologique, en rupture avec des approches plus quantitatives, systémistes et objectivistes. Cet ouvrage en approfondit quelques-unes : - la dimension historique de la recherche : si les approches biographiques permettent la construction « d’espaces sociaux historicisés » (Ricœur), la dimension historique des entretiens biographiques est pour l’instant trop peu interrogée et exploitée. - la réflexivité du chercheur : la réflexivité, en tant que processus, concerne non seulement les individus engagés dans l’interaction biographique mais également le chercheur, ce qui déplace, au moins en partie, son rôle et son statut dans les entretiens, et plus globalement, la manière dont il est amené à envisager sa profession. De l’entretien d’enquête à l’écoute co-formative, c’est donc aussi de cette traversée des frontières professionnelles que témoigne ce volume.
Type de document :
Direction d'ouvrage, Proceedings, Dossier
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01474593
Contributeur : Muriel Molinié <>
Soumis le : mercredi 22 février 2017 - 21:14:28
Dernière modification le : mardi 17 septembre 2019 - 09:52:58

Identifiants

  • HAL Id : hal-01474593, version 1

Citation

Muriel Molinié, Emmanuelle Huver. Praticiens et chercheurs à l’écoute du sujet plurilingue. Réflexivité et interaction biographique en sociolinguistique et en didactique. Université de Picardie Jules Vernes. France. ⟨Cahiers de l'Atelier de sociolinguistique (CAS)⟩, 2009. ⟨hal-01474593⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

677