Regards sur le plurilinguisme en banlieue - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2005

Regards sur le plurilinguisme en banlieue

(1)
1

Résumé

Cette contribution aborde la question du bilinguisme en prenant en compte les principales difficultés rencontrées par les locuteurs bilingues pour accéder aux usages normés de leurs deux langues, dans le contexte des cités populaires, en banlieue. Est analysé le sentiment d’insécurité linguistique ressenti d’une part, par un locuteur francophone (monolingue) et d’autre part, par des migrants dont le répertoire bilingue s’est construit en tension entre plusieurs normes. Il s’est constitué au contact de deux variétés du français évaluées de façon contradictoire (tandis que le français normé est valorisé à l’école et peu valorisé dans la communauté juvénile du quartier, à l’inverse le français valorisé dans la communauté juvénile est stigmatisé à l’école). Mais on voit également que « l’idiolecte parental » (R. Bouziri, 2002, 107) transmis en France au sein de la famille immigrée est loin d’être valorisé « au pays », où l’on se moque du parler des compatriotes, « touristes », venus y séjourner pendant leurs vacances. Après avoir rappelé les stratégies familiales mises en œuvre pour transmettre les langues de l’immigration, l'article explore quel rôle les politiques éducatives devraient continuer à jouer afin de faciliter l’acquisition des usages normés de ces langues et favoriser ainsi un bilinguisme dont les locuteurs puissent être fiers sur le plan symbolique et dont ils puissent tirer parti dans leurs stratégies de mobilité sociale. Car le facteur décisif est bien celui de l’enseignement scolaire et normé de la langue orale et écrite au collègue puis au lycée. C’est cet enseignement qui a favorisé le passage d’un modèle de langue familial populaire essentiellement oral à une version plus académique, la transformant en capital culturel susceptible d’être valorisé sur le marché de l’emploi. La stratégie mise en œuvre par les groupes hispanophone et lusophone prouve assez nettement l’importance de la reconnaissance institutionnelle des langues, l’importance qu’il y a à valoriser ce qui a été acquis dans l’entre-soi, au sein du groupe familial et du groupe de pairs, l’importance de l’enseignement d’une forme codifiée et normée des langues de l’immigration « en donnant accès aux élèves à leur forme écrite et ainsi légitimée » (C. Deprez, 2003, 42).
Fichier principal
Vignette du fichier
RegardssurleplurilinguismebanlieueMOLINIE.pdf (217.12 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-01474574 , version 1 (22-02-2017)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01474574 , version 1

Citer

Muriel Molinié. Regards sur le plurilinguisme en banlieue. INRP coll. Education, politiques, sociétés. Situations de banlieues : enseignement, langues, cultures, INRP, pp.103-111., 2005, Situations de banlieues : enseignement, langues, cultures. ⟨hal-01474574⟩
223 Consultations
400 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More