Le Découvrement infini. Dynamiques du dévoilement dans la modernité littéraire

Résumé : Au temps ténébreux de son exil, Dante écrivit une chanson allégorique dans laquelle il mettait en scène trois formes de Justice sous les apparences de femmes idéalement belles, pures et dignes. Or, la première de celles-ci était extérieurement si misérable dans sa mise que l’on pouvait entrapercevoir, par une déchirure de sa robe, un « beau fruit » que les conventions sociales interdisent de nommer. Dante précisera, dans le premier des envois de sa composition, que ce merveilleux fruit symbolique – essence de la femme-justice et vérité de l’Être – n’est pas pour les non initiés mais peut être goûté, exotériquement, dans la musique des vers qui disent l’interdiction de la description réaliste, voire de l’effet de réel tout court. Quelques siècles plus tard, au cours du sombre été 1943, analysant philologiquement jusque dans ses derniers replis anthropologiques, le fragment 16 d’Héraclite surnommé l’Obscur, Heidegger écrira de ce qui ne saurait rester caché face à ce qui ne sombre jamais : « Dans la proximité inviolable de ce qui ne cesse pas d’être en venue, la venue demeure elle-même un voilement croissant de soi-même. Il faut donc penser la pudeur, et toute chose haute qui lui est parente, à la lumière du rester caché. » Et ceci également : « La sentence, en même  temps, vise précisément la perpétuelle émergence, le dévoilement qui toujours dure et durera. ». Ces quelques citations disent assez que nous ne fixons pas de limites chronologiques à nos différentes lectures et hypothèses, qui devraient – à la suite d’un premier échange interne de projets – pouvoir se confronter entre elles. La finalité du colloque est de permettre une exploration méthodique, à travers des approches diverses, des chemins empruntés par les écrivains et les artistes pour manifester dans leurs œuvres les interactions complexes entre, d’un côté, les idées de vérité et d’essentialité et, de l’autre, le désir d’élaboration de formes et de discours proprement poétiques, c’est-à-dire sans contraintes herméneutiques et dans l’intention esthétique d’« accepter un étonnement qui cherche du regard ce que nous nommons clarté » mais qui permettent à chacun de «suivre son propre chemin dans la même forêt ».
Mots-clés : Dante Alighieri Poesie
Type de document :
Direction d'ouvrage, Proceedings, Dossier
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01450815
Contributeur : Corinne Manchio <>
Soumis le : mardi 23 mai 2017 - 12:17:02
Dernière modification le : mercredi 24 mai 2017 - 01:13:53

Identifiants

  • HAL Id : hal-01450815, version 1

Collections

Citation

Jean-Charles Vegliante, Denis Ferraris. Le Découvrement infini. Dynamiques du dévoilement dans la modernité littéraire. Denis Ferraris, Jean-Charles Vegliante. Le découvrement infini Dynamiques du dévoilement par l’écriture, Oct 2010, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France. ⟨Presses Sorbonne Nouvelle⟩, 2012. ⟨hal-01450815⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

29