La refondation de l’école républicaine dans La Cage aux Rossignols et L’École buissonnière

Abstract : Après les attaques du régime de Vichy contre l’école républicaine, la Libération semble ouvrir une ère nouvelle pour l’institution scolaire et pour les films se déroulant dans une école et ayant pour thèmes la pédagogie et la transmission. Une ère nouvelle pour l’école : les mesures de Vichy sont abrogées, et le plan Langevin-Wallon, inspiré des principes de l’Éducation nouvelle, va brièvement cristalliser une aspiration collective à changer l’école. Une ère nouvelle pour les films sur l’école : avant même la Libération, Noël-Noël incarne dans La Cage aux rossignols (Dréville, 1944) une conception progressiste de l’éducation et une vision optimiste de l’avenir de l’école en France ; quelques années plus tard, dans L’École buissonnière en 1949, Jean-Paul Le Chanois s’inspire des expériences de Célestin Freinet pour célébrer les méthodes modernes d’un jeune maître d’école. Cet article se propose d’analyser ces deux films en les réinscrivant dans leur contexte historique : après l’Occupation, comment le cinéma français a-t-il exprimé l’aspiration à une « nouvelle école » et à la refondation du pacte républicain ?
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01443102
Contributeur : Thomas Pillard <>
Soumis le : dimanche 22 janvier 2017 - 13:56:57
Dernière modification le : samedi 16 décembre 2017 - 01:11:27

Identifiants

  • HAL Id : hal-01443102, version 1

Collections

Citation

Thomas Pillard. La refondation de l’école républicaine dans La Cage aux Rossignols et L’École buissonnière. Cahiers Robinson, Centre de recherches littéraires Imaginaire et didactique (Arras), 2013, Christine Prévost (dir.), Filmer la classe, p. 31-43. ⟨hal-01443102⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

102