Une “organisation de la rareté” ? Les enseignantes-chercheures dans la gouvernance des universités

Résumé : Lors de la dernière grande étude statistique menée par le Ministère de l’enseignement et de la recherche en 2012, il est apparu que la proportion de femmes dans les universités françaises progressait lentement, s’établissant à 22,5 % chez les professeurs et 42,4 % chez les maîtres de conférences . On peut s’étonner de ces fortes disparités, alors que les étudiantes en master sont de loin majoritaires (59,6% des élèves sont des étudiantes). Pour autant, cette courbe s’inverse en doctorat (48% de doctorantes pour 52% de doctorants) et s’accentue parmi les nouveaux titulaires de doctorats (un peu plus de 43% sont des docteures), plaçant la France en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE. La faiblesse du nombre de professeurs femmes interroge particulièrement, de même que le nombre d’hommes et de femmes présidents d’universités (8 femmes pour 72 hommes). Le Ministère de l’enseignement supérieur, ému de ces disparités, estime qu’en tenant compte d’une progression constante des femmes, il faudra attendre 2068 pour une part égale d’hommes et de femmes professeurs des universités, et 2027 pour atteindre la parité dans le corps des maîtres de conférences. Partant de ces constats, nous nous sommes interrogées sur la représentation des femmes au sein des instances délibératives (conseil d’administration) et de direction des universités (présidence).
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01432408
Contributeur : Laurence Corroy <>
Soumis le : mercredi 11 janvier 2017 - 16:52:34
Dernière modification le : jeudi 11 avril 2019 - 16:02:04

Identifiants

  • HAL Id : hal-01432408, version 1

Collections

Citation

Laurence Corroy, Emmanuelle Savignac. Une “organisation de la rareté” ? Les enseignantes-chercheures dans la gouvernance des universités . Les femmes dans le monde académique, Mar 2015, Paris, France. ⟨hal-01432408⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

79