De la ville carton-pâte au “sublime métropolitain” : Milan symbole de la modernité urbaine dans l’œuvre noire de Giorgio Scerbanenco

Résumé : Il s'agit là d'une étude sur la scénographie urbaine de Milan dans la tétralogie noire de Giorgio Scerbanenco: Venere privata (1966), Traditori di tutti (1966), I ragazzi del massacro (1968) et I milanesi ammazzano al sabato (1969). La ville est mise à l'épreuve des changements sociétaux du boom économique des années 1960: de la réalité provinciale on passe à la ville-méandre, à la ville-labyrinthe qui fait face à une modernité violente. La victime du meurtrier est aussi victime d'un monde qui perd, avec la richesse, toute notion éthique et toute mémoire d'un e tradition du vivre ensemble. Il se dessine ainsi une géopoétique que le genre noir revitalise.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01429577
Contributeur : Maria Pia de Paulis-Dalembert <>
Soumis le : dimanche 8 janvier 2017 - 23:00:18
Dernière modification le : mercredi 7 mars 2018 - 19:47:18

Identifiants

  • HAL Id : hal-01429577, version 1

Collections

Citation

Maria Pia de Paulis-Dalembert. De la ville carton-pâte au “sublime métropolitain” : Milan symbole de la modernité urbaine dans l’œuvre noire de Giorgio Scerbanenco. Francesco D’Antonio, Myriam Chopin La théâtralisation de l’espace urbain , Paris, Orizons, pp. 59-75, 2017, 979-10-309-0119-1. ⟨hal-01429577⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

63