Vieilles gens, jeune danse

Abstract : La place donnée au corps vieillissant sur la scène chorégraphique contemporaine est un défi lancé au temps, une pulsion de (sur)vie qui s’éprouve dans la résistance opiniâtre des mots ou des corps à la “disparition de tout” dont parle Beckett dans Cap au pire. La réflexion sur le temps “incorporé”, et ce qu’il rend visible sur scène, s’articule aux questions plus générales d’une mémoire individuelle et collective de la danse à conserver, et de la représentation de notre finitude.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01419638
Contributeur : Cécile Schenck <>
Soumis le : lundi 19 décembre 2016 - 17:13:09
Dernière modification le : mercredi 29 mars 2017 - 09:05:32

Identifiants

  • HAL Id : hal-01419638, version 1

Collections

Citation

Cécile Schenck. Vieilles gens, jeune danse. Joëlle Chambon ; Suzanne Lafont. Samuel Beckett Today/ Aujourd'hui, Université d'Anvers, p. 299-311, 2016, Beckett, clinique et poétique du vieillir/ Clinics ans Poetics : Beckett’s Theater and Aging. ⟨hal-01419638⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

92