La Banque centrale européenne entre expertise et politique

Résumé : Dès la ratification du traité de Maastricht, l’indépendance de la BCE fut l’objet d’attaques répétées, non seulement de la part des hommes politiques, notamment français, mais également des politistes qui considèrent que son indépendance pose problème au regard de la démocratie, et de certains économistes qui remettent en cause les fondements théoriques de l’indépendance des BC. La crise financière de 2007-2008 contraignit les grandes banques centrales à recourir à des instruments de politique monétaire inhabituels. Qualifiés de non conventionnels, ils devinrent très rapidement la réponse de la BCE à la crise de la dette souveraine, qui éclata dans la zone euro à partir de 2009. Leur utilisation s’accompagna d’une extension des pouvoirs de la BCE, et d’une remise en cause de l’approche orthodoxe du central banking, ce qui ne manqua pas de relancer, voire d’exacerber, le débat sur l’indépendance de la BCE et le contrôle démocratique de cette institution. Après avoir rappelé les fondements de l’indépendance de la BCE, cet article analyse la politique monétaire non conventionnelle mise en place par la BCE, et ses conséquences, tant en termes économiques qu’au regard de la légitimité démocratique de la BCE.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01418871
Contributeur : Marie-Claude Esposito <>
Soumis le : samedi 17 décembre 2016 - 15:16:22
Dernière modification le : mardi 28 mars 2017 - 18:36:35

Identifiants

  • HAL Id : hal-01418871, version 1

Collections

Citation

Marie-Claude Esposito. La Banque centrale européenne entre expertise et politique. Marie-Claude Esposito et Christine Manigand. L'Union européenne : un espace politique à la croisée des chemins, L'Harmattan, pp.87-99, 2015, Cahiers de la Nouvelle Europe, 978-2-343-05796-5. ⟨www.editions-harmattan.fr⟩. ⟨hal-01418871⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

88