L’oraison funèbre d’Aurelia Petrucci (1542)

Résumé : La mort d’Aurelia Petrucci, connue et respectée à Sienne ainsi que dans le monde littéraire, a incité Piccolomini à lui consacrer une oraison funèbre. Rares étaient les femmes jugées dignes d’un pareil honneur, et Piccolomini innove également en utilisant pour son discours la langue vulgaire. La célébration des vertus de la défunte correspond aux canons de la rhétorique funéraire : l’orateur dessine à travers Aurelia une sorte d’idéal, qui toutefois se distingue des éloges féminins traditionnels par l’évocation d’une sociabilité particulière à sa ville natale. Mais Piccolomini était absent de Sienne lors des funérailles et, même s’il multiplie les procédés visant à donner à son discours l’illusion de l’oralité et de la simultanéité, il s’agit d’une harangue fictive. Grâce à ce texte l’auteur voudrait affirmer sa participation aux événements marquants de la ville où il va bientôt revenir résider, et tente de se poser en autorité morale.
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01399307
Contributeur : Marie-Françoise Piéjus <>
Soumis le : vendredi 18 novembre 2016 - 15:57:34
Dernière modification le : vendredi 24 mars 2017 - 09:43:57

Identifiants

  • HAL Id : hal-01399307, version 1

Collections

Citation

Marie-Françoise Piéjus. L’oraison funèbre d’Aurelia Petrucci (1542). Marie-Françoise Piéjus; Michel Plaisance; Matteo Residori. Alessandro Piccolomini (1508-15) : un Siennois à la croisée des genres et des savoirs, Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle, pp.127-152, 2011, Publications du Centre Interuniversitaire de Recherches sur la Renaissance Italienne, 9782-900478-31-8. ⟨hal-01399307⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

25